Références

Références

Barceló, G.-J., & Bres, J.
(2006) Les temps de l’indicatif en français. Collection L’essentiel français. Paris: Ophrys.Google Scholar
Berthonneau, A.-M., & Kleiber, G.
(2006) Sur l’imparfait contrefactuel. Travaux de linguistique, 53, 7–65. CrossrefGoogle Scholar
Bres, J.
(2000) Un emploi discursif qui ne manque pas de style : l’imparfait en contexte narratif. Cahier Chronos 6 (Passé et parfait), 59–77.Google Scholar
Cabillau, J.-F.
(1971) L’expression du temps dans L’Étranger d’Albert Camus. Revue belge de philologie et d’histoire, 49, 3 (Langues et littératures modernes – Moderne taal – en letterkunde), 866–874.Google Scholar
Camus, A.
(1942) L’Étranger. Trad. japonaise Yanagisawa, F. (2012) Ihôjin, Daisan-Shobô.Google Scholar
Conkinska, C.
(2001) Le « je » polyphonique du monologue intérieur dans L’Étranger de Camus. Cahiers de Narratologie, Analyse et théorie narrative, 10.1, 285–295. CrossrefGoogle Scholar
De Swart, H., & Molendijk, A.
(2002) Le passé composé narratif : une analyse discursive de L’Étranger de Camus. In (Ed. B. Laca), Temps et aspect, De la morphologie à l’interprétation (pp. 193–211). Paris: Presses Universitaires de Vincennes.Google Scholar
Dhorne, F.
(2005) Aspect et temps en japonais. Gap/Paris: Ophrys.Google Scholar
Haruki, Y.
(2007) Hankako wa muzukashikunai [Deux ou trois choses que je sais de l’imparfait]. Bulletin d’Études de Linguistique Française, 41–1, 113–116.Google Scholar
Hirashima, H.
(2001) Analyse linguistique des difficultés dans l’apprentissage des temps verbaux du passé : cas du passé composé. Etudes des lettres françaises, 36(0), 33–45. Société de Langue et Littérature Françaises du Kyûshû.Google Scholar
Kashioka, T.
(1990) Les systèmes des temps verbaux français et japonais. L’information grammaticale, no 47, 30–33. CrossrefGoogle Scholar
Kindaichi, H.
(1976) Nihongo doshi no asupekuto [L’aspect verbal en japonais]. Tôkyô: Mugi-Shobô.Google Scholar
Kudô, M.
(1995) Asupekuto, tensu-taikei to tekusuto [Le système aspetuel et temporel, et le texte]. Tôkyô: Hitsuji-Shobô.Google Scholar
Montredon, J.
(1979) Analyse d’un phénomène de fossilisation : imparfait et passé composé chez l’apprenant japonais. Numéro spécial de Linguistique appliquée, 68–74.Google Scholar
Okuda, Y.
(1977) Asupekuto no kenkyû o megutte – kindaichi teki dankai [Autour desrecherches sur l’aspect ‒ étapes exposées par Kindaichi]. Kokugo-kokubun, 8. Université de Miyagi.Google Scholar
Takahashi, T.
(2003) Dôshi kyûshô [Verbes neuf chapitres]. Tôkyô: Hitsuji-Shobô.Google Scholar
Tamba, I.
(2004) Le sens unique de la traduction littéraire. In H. Katô (éd.), La modernité française dans l’Asie littéraire (Chine, Corée, Japon). (pp. 369–382). Paris: PUF. CrossrefGoogle Scholar
Touratier, C.
(1996) Le système verbal français. (Description morphologique et morphématique). Paris: Armand Colin.Google Scholar
Vendler, Z.
(1967) Verbs and Times. Linguistics in Philosophy, Ithaca, N.Y. Cornell University Press, 97–121.Google Scholar
Yanabu, A.
(1999) Honyaku de tsukurareta nihongo no tensu [Le temps japonais fabriqué par la traduction]. Nihongogaku, 18, 3, 4–13.Google Scholar
Yanagisawa, F.
(2012) Ihôjin, Traduction japonaise L’Étranger de Camus Albert (1942) Tôkyô : Daisan-shobô.Google Scholar